Même chez l’enfant le plus facile à vivre, le retour à l’école après les vacances d’été peut provoquer des émotions en tout genre. Parmi elles, la peur, l’angoisse et le stress. Et nous autres, parents, ne sommes pas épargnés.

Voici donc quelques actions à mener pour réduire l’angoisse de la rentrée scolaire chez petits et grands.

RASSURER

À la fin de chaque période de vacances scolaires, on sent monter en nous (parents et enfants) le stress à l’approche de la rentrée scolaire. Ce stress peut se manifester par une sensation de boule au ventre, de l’insomnie, des crises d’angoisse

Il s’agit en fait d’une émotion tout à fait normale et saine: la peur.
La peur de l’inconnu.

L’enfant peut se sentir inquiet, car il a en tête une multitude de questions auxquelles il n’a pas de réponse. Et comme il n’a pas de réponse, il commence à angoisser.

Il ne sait pas dans quelle classe il va être, avec quels autres enfants, quels adultes (enseignant…)

Il ne sait pas s’il va se faire des amis. Il se demande s’il ne va pas se perdre dans ce nouvel établissement.

Il ne sait pas quelles seront les nouvelles exigences, ce qu’on attend de lui, quels efforts il va devoir fournir et s’il sera en mesure de les fournir, s’il sera à la hauteur.

Expliquer

1/ expliquer à l’enfant que sa peur est normale et que d’autres enfants la ressentent également; lui raconter comment nous-mêmes, parents, l’avons ressentie aussi et que comme toute émotion elle ne fait que passer, elle disparaîtra au bout de quelques jours voire de quelques heures.

Apporter des réponses plutôt que des questions

Pour calmer ses inquiétudes et lui donner la possibilité de réduire son angoisse,

2/ éviter de le presser de questions et laisser l’enfant venir à soi et poser librement les questions qui le préoccupent et lui répondre simplement,

3/ lui proposer des stratégies pour apprivoiser son émotion (EFT, respiration ventrale, relaxation, hydratation…).

Appréhender les peurs spécifiques grâce à la projection

4/ passer en revue le déroulement de la journée.
Pour les plus jeunes enfants, créer une petite frise chronologique de la journée, avec des dessins ou images en situant l’heure du déjeuner et le moment où l’on viendra les chercher à la fin de la journée.

Si l’enfant est plus grand et selon la raison pour laquelle il angoisse,
5/ lui demander ce qu’il fera dans ce cas-là. Il est très probable qu’il trouve alors lui-même des solutions. Si ce n’est pas le cas, lui demander de se rappeler une situation similaire et de comment il s’en est sorti.

6/ lui demander de trouver une « pensée heureuse » à chaque « pensée malheureuse » (“Malheureusement…” / “Heureusement…”).

Exemples:

« Je ne connais pas les règles de cette nouvelle école (collège, par exemple) » => Mon nouveau professeur passera en revue toutes les nouvelles règles.

« Mon nouveau professeur ne va pas m’aimer. » => Mon professeur est là pour m’aider, il sera de mon côté. »

Rester connecté

Le jour de la rentrée,
7/ lui confier un petit objet qui nous appartient ou nous représente (une photo, par exemple) ou appliquer un peu de notre parfum sur son poignet pour maintenir le lien et apaiser ses inquiétudes.

PRENDRE DU RECUL

La pédagogie positive, c’est changer de regard sur l’apprentissage et tout ce qui concerne l’école. En adoptant ce nouveau regard, nous prenons davantage de recul sur certaines situations, notamment celles qui nous challengent. L’espace mental ainsi libéré permet de faire émerger des solutions nouvelles et de nous concentrer sur l’essentiel.

Dédramatiser la peur

8/ développer l’état d’esprit de croissance de son enfant, en lui expliquant que la peur résulte d’une anticipation du cerveau qui prévoit plusieurs issues possibles à une situation. Aussi, au lieu de la considérer comme négative, on peut voir dans la peur une possibilité de développer notre capacité à s’adapter. La peur devient alors une problématique à laquelle on peut apporter une solution.

Se concentrer sur le positif

9/ se concentrer sur les bons côtés de la rentrée: les retrouvailles avec les copains, les récréations où l’on va pouvoir ce raconter tout ce qu’on a vécu pendant les vacances, les activités extra-scolaires, et les autres habitudes agréables qui lui avaient manqué.

ANTICIPER ET SE PRÉPARER

Faire place nette

10/ faire un grand tri : vêtements, fournitures scolaires… jeter, donner ou recycler ce qui pourra être utile. Faire du rangement et anticiper les achats de ce qu’il manque. Faire plaisir à son enfant en lui laissant choisir certains matériels ou vêtements.

Réinstaller les routines

Dans les 15 jours précédant la rentrée:

11/ réhabituer progressivement son enfant à se coucher plus tôt en avançant de 15 min l’heure du coucher chaque jour, jusqu’à atteindre l’heure de coucher idéale. (Rappel : l’enfant a besoin en moyenne de 10 h de sommeil.)

12/ rétablir la limite de temps d’écran autorisé,

13/ discuter en famille des nouvelles habitudes que l’on souhaite prendre, permettre à l’enfant d’y rajouter des choses qui lui font plaisir et établir un tableau de routines personnalisé avec des photos, des dessins…

14/ aller se promener à plusieurs reprises en famille autour de l’école ; cela permettra à l’enfant de prendre ou reprendre ses marques.

Le jour de la rentrée, s’organiser de façon à éviter la course contre la montre :

15/ se lever plus tôt pour pouvoir prendre le temps de se préparer tranquillement, de petit-déjeuner, d’échanger, de se faire des câlins, d’arriver à l’école en avance (à pied de préférence) et de passer un petit moment avec son enfant le temps de voir son nouvel enseignant et ses nouveaux camarades, avant de le laisser.

(SE) FAIRE PLAISIR

Quand on pense “rentrée”, on pense obligations, devoirs, contraintes… Cela rend d’autant plus difficile la transition entre la période des vacances, synonyme de plaisir, détente, lâcher-prise… et la rentrée scolaire.

Pour que cette transition soit plus douce,

16/ ne pas s’oublier soi-même — parent —  en s’offrant un massage, un soin esthétique, une coupe de cheveux…

17/ organiser une fête pour célébrer la fin des vacances, cela la rendra joyeuse plutôt que triste.

Quelques jours avant la rentrée,
18/ laisser son enfant préparer sa tenue préférée pour le jour J ou lui proposer d’en acheter une.

Le jour de la rentrée (et régulièrement au cours de l’année),
19/ lui glisser des petits mots surprises d’encouragement et de motivation dans ses poches ou dans sa boîte à goûter.

Enfin,
20/ programmer des petites parenthèses rappelant les vacances (une pause détente, une gourmandise, une ballade, un week-end…) en attendant les prochaines vraies vacances.

Excellente rentrée à tous!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *