Savoir écouter et communiquer sont des compétences indispensables pour contribuer à la résolution d’un conflit

ETHIKA, projet soutenu par l’Union européenne, a pour mission de proposer aux enseignants et aux éducateurs du matériel et des outils pédagogiques pour l’éducation des enfants aux valeurs et à l’éthique. Je vous propose ici la traduction d’une fiche de préparation pour une classe (ou un atelier) tirée de ce projet. Elle traite de la résolution de conflit

Le but de cet atelier est d’encourager les enfants à penser de façon critique et créative et aussi, de les motiver à explorer le concept de conflit d’un point de vue éthique et moral.

Fiche de préparation

Titre de la séance : Savoir écouter et communiquer
Domaine : Résolution de conflit
Âge : 11-14 ans
Durée : 60 minutes
Matériels et outils : images, feuilles blanches, crayons
Méthodes éducatives : philosophie pour et avec les enfants, dialogue socratique, apprentissage éthique holistique
Valeurs éthiques et thèmes abordés : 
résolution de conflits, compréhension, écoute et compétences en communication, dialogue, pensée critique, pensée créative, médiation

Points d’apprentissage clés:
· Développer des compétences d’écoute et de communication essentielles dans toute résolution de conflit
· Comprendre et apprendre des méthodes pour résoudre un conflit.

conflit communiquer écouter

Description de l’atelier
Commencez l’atelier en demandant aux élèves s’ils ont déjà entendu parler de la médiation. Si oui, demandez-leur d’expliquer et de décrire la méthode. Si leur réponse est non, présentez-leur la définition suivante : “La médiation est la tentative d’aider des parties en désaccord à:
· S’écouter,
· Minimiser les dommages pouvant découler du désaccord (par exemple, hostilité ou «diabolisation» des parties)
· Maximiser tout terrain d’entente et trouver un moyen d’empêcher les zones de désaccord d’interférer avec le processus de recherche d’un compromis ou d’un résultat convenu de façon mutuelle.” (définition extraite de Wikipedia).

Assurez-vous que tout le monde comprenne la définition en demandant de la reformuler. Puis, demandez aux élèves de réfléchir aux situations et aux professions où la médiation pourrait être utilisée (tribunal, école, travail, etc.), et, quelles compétences sont nécessaires en médiation et pourquoi. Une fois leurs réponses données, annoncez l’activité : un jeu de rôles qui mettra l’accent sur le développement des compétences d’écoute et en communication pendant lequel ils devront mener une partie du processus de médiation, à savoir: conduire les parties à S’ECOUTER LES UNS LES AUTRES.

Répartissez les élèves en groupes de quatre. Demandez-leur de trouver une situation conflictuelle. Ce peut-être une situation réelle ou hypothétique. Deux élèves joueront le rôle de deux personnes en conflit. Assurez-vous que chaque élève comprenne son rôle y compris l’aspect émotionnel et le caractère de la personne en conflit.

Lire l’article “Sentiment d’échec et émotions difficiles : comment aider les enfants à les gérer”

Par exemple, une mère qui ne veut pas que sa fille adolescente se teigne les cheveux en rouge et ladite jeune fille frustrée par l’interdiction de sa mère parce que les cheveux roux sont à la mode et qu’elle aime vraiment ça.

Le troisième élève aura le rôle de médiateur et sa tâche sera de rapprocher les parties de manière à ce qu’elles s’écoutent et comprennent ce que l’autre a à dire. Le médiateur doit établir des règles de communication de base qui aideront les parties à exprimer leurs sentiments et leur point de vue sur la situation conflictuelle.

Par exemple, quand une personne parle, l’autre doit être silencieuse et écouter; chaque personne doit reformuler ce que l’autre a dit (pour s’assurer qu’elle a compris); les 2 parties doivent expliquer pourquoi ils sont en accord ou en désaccord avec certaines affirmations, etc.

Impartial et compréhensif, le médiateur doit mener pacifiquement le processus, il doit reconnaître les signes de colère ou de frustration et y répondre.

Le quatrième élève doit observer l’ensemble du processus et prendre des notes sur ce qui lui parait bien ou pas pendant l’exercice.

Laissez aux élèves 20 minutes pour faire cet exercice.

Une fois le temps écoulé, demandez aux élèves qui prenaient les notes de rapporter à la classe quelle était la situation conflictuelle, quelles ont été les méthodes des médiateurs pour communiquer, si les parties ont suivi leurs instructions, si elles ont pu se comprendre et si l’atmosphère avait changé à la fin.

Écrivez chaque méthode de communication au tableau et lancez une discussion avec la classe entière à l’aide des questions suivantes:

· Est-ce une bonne méthode?

· Ajouteriez-vous une autre méthode à cette liste? Pourquoi?

· Écarteriez-vous certaines de ces méthodes? Pourquoi?

· Quelle est la chose la plus importante dans la communication?

· Comment pouvez-vous utiliser ces méthodes en situation de conflit réelle?

· Avez-vous déjà utilisé certaines de ces méthodes?

· Est-il important d’observer les signes non-verbaux en communication? Quels sont-ils ?

À la fin de l’ateliers, demandez aux participants s’ils changeraient quoi que ce soit pendant leur séance de médiation et pourquoi.

Le saviez-vous?

«Le mot médiateur renvoie au mot latin medius, qui signifie milieu.

Un médiateur est censé rester dans le centre neutre plutôt que de prendre partie d’un côté ou d’un autre, afin d’aider les deux parties à résoudre un différend. 

«Les médiateurs sont formés pour travailler dans des situations difficiles. Le médiateur agit comme un facilitateur neutre et guide les parties tout au long du processus. Le médiateur aide les parties penser «en dehors de la boîte» à des solutions possibles au différend, en élargissant la gamme des solutions possibles. ”(Wikipedia).

Idées d’activités supplémentaires

Vous pouvez commencer l’atelier avec un jeu de 15 minutes qui développe les compétences en communication. Les élèves travailleront par binôme. Demandez à chaque binôme de positionner leurs chaises dos à dos de façon à ce que chaque élève ne puisse pas voir ce que son partenaire est en train de faire.

Donner à un élève de chaque binôme 2 ou 3 images de dessins (des dessins simples mais pas trop, comme par exemple, un sapin de Noël, des formes géométriques, des symboles du code de la route, des dessins abstraits simples, etc.).

L’autre élève aura une feuille vierge et un crayon. Le jeu consiste à ce que l’élève avec le dessin sous les yeux l’explique aussi précisément que possible, afin que son partenaire le reproduise: sa position, sa forme, sa taille, les différents éléments qui le composent, etc. Et cela uniquement avec des mots et des instructions claires.

L’élève qui dessine ne peut ni parler ni poser des questions, il doit juste écouter et suivre les instructions de son partenaire.

Donnez cinq minutes aux élèves pour chaque dessin.

Ensuite, échangez les rôles. Donnez de nouvelles images à l’élève qui donnera les instructions et une feuille vierge et un crayon à l’élève qui les suivra.

Après cinq minutes, arrêtez le jeu et demandez aux élèves de comparer leurs dessins aux dessins originaux. Demandez si leurs dessin sont similaires aux originaux. Qu’est-ce qui était le plus difficile pour eux: donner des instructions claires ou suivre les instructions? Le feraient-ils différemment maintenant? Pourraient-ils mieux comprendre leur partenaire? Étaient-ils vraiment à l’écoute?

Expliquez aux élèves que ce jeu est destiné au développement des compétences de communication et d’écoute et leur demander si nous avons besoin de telles compétences dans notre vie quotidienne et dans quelles situations.

Cette article vous a plu ? … Partagez-le !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *